Traçabilité


La production de volaille, particulièrement celle de dindes, fait l’objet d’une réglementation et de contrôles sévères. L’élevage n’est en effet plus une activité isolée. Il fait partie d’une chaîne de production encadrée et soumise à des règles strictes.

Il s’agit d’une démarche collective où tous les intervenants travaillent selon les mêmes préoccupations d’hygiène et de qualité, afin d’offrir aux consommateurs des produits présentant le maximum de garanties, de la traçabilité aux qualités nutritionnelles.

 

Identification et traçabilité

La traçabilité, c´est le suivi d´un produit depuis l´origine jusqu´au consommateur. On l´obtient au moyen d´un ensemble de procédures enregistrées qui permettent de retrouver l´historique du produit.

Depuis 1998, un système d’identification rigoureux permet de suivre les dindes de la naissance à l’assiette. Il s’agit d’un système informatique inviolable.

Lorsqu’il arrive chez l’éleveur, chaque lot d’oiseaux porte un numéro qui le suivra tout au long de la vie des sujets, leur carte d’identité en quelque sorte. Les dindonneaux présents sur un même site doivent tous provenir d’un même lot d’œufs à couver et avoir par conséquent le même âge.

En fin d’élevage, les lots sont conduits à l’abattoir accompagnés d’une fiche sanitaire d’élevage (ICA) qui garantit le respect des bonnes pratiques, notamment en matière de soins. Avant l’abattage, l’éleveur doit présenter cette fiche sur laquelle est inscrit ce numéro de lot.

Et même découpée en escalope, la dinde conserve encore son numéro de lot qui permet de retrouver la ferme où lelle a été élevée !

Certaines dindes sont baguées. Il s’agit des dindes de Bresse et de certains autres labels avec une indication géographique de provenance (IGP). Elles ne peuvent d’ailleurs être vendues sous l´appellation d´origine contrôlée « Dinde de Bresse » sans la bague de l´éleveur, le scellé muni du macaron et l´étiquette du syndicat.

 

Etiquetage

Comme toute viande, l’étiquetage de la volaille est réglementé. Il délivre des informations qui permettent de connaître l’origine et la qualité de la viande (mentions obligatoires, facultatives, garanties supplémentaires …).

 

Les mentions obligatoires :

– Classe : la classe A correspond aux exigences minimales de présentation d’une carcasse (conformation, absence de plumes, absence de lésions…),

– Prix total et au kg,

– Etat (frais, congelé ou surgelé) avec la température d’entreposage recommandée,

– N° d’enregistrement de l’abattoir,

– Mention du pays d’origine si la viande de volaille est importée.

 

Les mentions facultatives :

  • La méthode de réfrigération
  • Une des cinq indications de modes d’élevage suivantes sous des conditions bien définies :

– alimenté avec x % de….

– élevé à l’intérieur – système extensif

– sortant à l’extérieur

– Fermier – élevé en plein air

– Fermier – élevé en liberté.

Les mentions « fermier – élevé en plein air » et « fermier – élevé en liberté » ne peuvent être utilisées que sur les volailles bénéficiant du Label Rouge, d’une A.O.C. ou d’une certification du mode de production biologique.

Le mode d’alimentation (ex: 100 % végétaux) peut être utilisé sous réserve d’un contrôle par un organisme tiers.

 

Des garanties supplémentaires :

Dans le cas de la dinde, certaines autres mentions facultatives viennent s’ajouter sur l’étiquette :

La mention « dinde » implique la viande de dinde est le constituant principal de la partie carnée et qu’elle représente au minimum 50 % de cette partie.

Le « rôti de dinde » doit être un mélange de viande blanche et rouge de dinde.

Dans le cas de la paupiette, la farce doit au minimum représenter 60 % du poids total du produit, barde et ficelles exclues.

La viande utilisée pour le « Cordon bleu » de dinde doit représenter au minimum 50 % du poids total du produit.

Ces dispositions émanent du Code des bonnes pratiques des produits à base de dinde, de dindonneau et des autres volailles, créé en 1979 par la filière dinde, il définit les produits à appellation définie pour l’ensemble des produits à base de volailles. Il permet d’offrir des garanties supplémentaires sur la qualité des produits au consommateur en jouant sur la transparence.

Sa dernière version a été approuvée en février 2008 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Une version est actuellement en cours de révision et devrait être disponible en cours d’année 2018.

Ce document est commercialisé par le CIDEF et notre bureau est disponible pour répondre à toutes vos questions sur ce document.

 

CONTACTS

Notre adresse :

CIDEF
ZAC Atalante Champeaux
3 allée Ermengarde d’Anjou
35000 Rennes

Tél : 02.99.60.31.26
Pour nous écrire : cidef@wanadoo.fr